Jupiter : un gigantesque accélérateur de particules naturel

Le lancement de JUICE est prévu pour le 13 avril 2023, avec pour objectif la plus massive des planètes du système solaire : Jupiter, et sa magnétosphère. Avec sa rotation rapide et son champ magnétique intense, la planète est un gigantesque accélérateur de particules.

Exploring Jupiter. Credit: Spacecraft: ESA/ATG medialab; Jupiter: NASA/ESA/J. Nichols (University of Leicester); Ganymede: NASA/JPL; Io: NASA/JPL/University of Arizona; Callisto and Europa: NASA/JPL/DLR

Ses ceintures de radiations sont si intenses que la sonde ne s’y risquera pas. Six laboratoires français (1) , dont plusieurs sont rattachés au CNRS-INSU, ont contribué aux instruments RPWI (Radio and Plasma Waves Instrument) et PEP (Particle Environment Package), avec la définition et la fourniture d’instruments : pour RPWI, le senseur SCM (Search Coil Magnetometer) construit par le LPP avec le support de la DT-INSU, l’instrument MIME (Mutual Impedance Measurement) produit au LPC2E, ou l’instrument JENRAGE (Jovian Environment Radio Astronomy and Ganymede exploration) défini au LESIA ; et pour PEP, la fourniture par l’IRAP des détecteurs pour l’instrument JENI (Jupiter Energetic and Neutral Ions) et l’électronique hautes-tensions à balayage pour l’instrument JDC (Jupiter Dynamics Composition).

Ces instruments mesureront les fluctuations du plasma jovien le long de la trajectoire de la sonde (ondes plasma, densité et température), mais aussi les puissantes ondes radio de la magnétosphère de Jupiter, associées aux aurores polaires et aux interactions entre la planète et ses lunes galiléennes, et en particulier avec Ganymède, seule lune connue possédant une magnétosphère, et première lune à être explorée en détail avec un orbiteur. Ces laboratoires fournissent aussi des outils numériques uniques (code de simulation numérique ou outil de diffusion de données) pour permettre une analyse fine des données recueillies. Les équipes de recherche pourront ainsi explorer la magnétosphère de Jupiter de manière approfondie, comme cela a été possible avec la sonde Cassini autour de Saturne.

Transit de JUICE vers Jupiter et ses satellites – Crédit : ESA – Agence Spatiale Européenne

Laboratoires CNRS impliqués

  • Laboratoire d’études spatiales et d’instrumentation en astrophysique (LESIA) – Tutelles : CNRS, Observatoire de Paris-PSL, Sorbonne Université, Université Paris Cité
  • Laboratoire Atmosphères, Milieux, Observations Spatiales (LATMOS /IPSL / Ecce Terra) – Tutelles : IPSL / CNRS / Sorbonne Univ / UVSQ
  • Laboratoire de physique et chimie de l’environnement et de l’Espace (LPC2E – OSUC) – Tutelles : CNRS / CNES / Univ. Orléans
  • Institut de Recherche en Astrophysique et planétologie (IRAP – OMP) – Tutelles : CNRS / CNES / Univ.Toulouse III Paul Sabatier
  • Laboratoire de physique des plasmas (LPP) – Tutelles : CNRS / Ecole Polytechnique / Sorbonne Université 

Ressources complémentaires

Contact IRAP

  • Nicolas André, nicolas.andre@irap.omp.eu

Plus d'actualités

Le rayonnement des étoiles massives sculpte les systèmes planétaires

Comment se forme un système planétaire tel que le système solaire ? Pour le comprendre, des scientifiques du CNRS au sein d’une équipe de recherche internationale1 ont étudié une pouponnière d’étoiles, […]

Service Web CDPP 3DView pour les observations de rayons X synthétiques SMILE SXI

La mission SMILE (Solar Wind Magnetosphere Ionosphere Link Explorer) est une mission conjointe de l’Agence spatiale européenne (ESA) et de l’Académie des sciences chinoise (CAS). SMILE étudiera la réponse dynamique […]

Le télescope James Webb assiste en direct à la destruction d’un océan terrestre tous les mois

Une équipe internationale impliquant pour la partie française des scientifiques (1) de l’Université Paris-Saclay, de l’université Toulouse III – Paul Sabatier, du laboratoire commun INCLASS (IAS/ACRI-ST), de l’Observatoire de Paris-PSL, […]

Rechercher