Le consortium PEP livre les modèles de vol des quatre premiers détecteurs de particules de la sonde JUICE à destination de Jupiter

Après 8 ans de développement, le consortium PEP dont fait partie l’IRAP (CNRS, Université Paul Sabatier de Toulouse et CNES) (1) vient de livrer à Airbus les modèles de vol des quatre premiers détecteurs de particules chargées et neutres (JDC, JEI, JNA, et NIM) qui composent l’une des deux unités (PEP-Lo) de la suite du même nom pour la mission JUICE (2) de l’Agence Spatiale Européenne. Ces modèles de vol vont maintenant être intégrés sur le satellite à Friedrichshafen en Allemagne. Le lancement à destination de Jupiter est prévu pour 2022.

L’expérience PEP (Particle Environment Package, PI: IRF Kiruna, Suède) est un instrument de mesure des particules et du plasma qui comprend 6 senseurs répartis en deux unités, PEP-Lo et PEP-High :

  • un spectromètre de masse ionique (JDC),
  • un spectromètre d’électrons (JEI),
  • un imageur d’Atomes Énergétiques Neutres à basses-énergies (JNA),
  • un imageur d’Atomes Énergétiques Neutres et d’ions énergétiques (JENI),
  • un détecteur d’électrons énergétiques (JoEE)
  • et un spectromètre de masse neutre et ionique (NIM).
Chaque capot rouge représente un détecteur. De gauche à droite: JDC, JEI, NIM (second plan), JNA (premier plan). Crédit Photo : IRF Kiruna

Début octobre déjà, l’IRF Uppsala avait livré avec succès le modèle de vol de l’instrument radio/ondes à ADS-Friedrichshafen auquel l’IRAP a contribué scientifiquement. (3).

Crédit Photo : IRF Uppsala

Notes

(1) L’IRAP contribue à la fois à l’unité PEP-Lo (à JDC, fourniture des hautes-tensions à balayage pour l’IRF Kiruna, Suède) et à PEP-High (JENI, fourniture et caractérisation des détecteurs de type galettes à micro-canaux pour l’APL Université Johns Hopkins USA, modèles de vol de JENI et JoEE livrés à ADS-Friedrichshafen en décembre 2020).

(2) La mission JUICE (JUpiter ICy moons Explorer) est la première mission de classe L du programme Cosmic Vision de l’Agence Spatiale Européenne, sélectionnée en Mai 2012. Cette mission sera lancée en 2022 par Ariane 5 depuis le Centre Spatial Guyanais à Kourou, pour une arrivée à Jupiter en 2030. La sonde naviguera dans le système de Jupiter en survolant plusieurs fois les lunes Galiléennes Europe, Ganymède et Callisto, avant de s’insérer en orbite autour de Ganymède, la plus grande lune du Système Solaire.

(3) L’IRAP contribue également au développement du segment sol (avec le CDPP) de l’instrument pour le consortium RPWI (PI: IRF Uppsala, Suède). L’instrument RPWI (Radio and Plasma Waves Instrument) est constitué de plusieurs récepteurs reliés à des senseurs électriques et magnétiques couvrant la partie basse fréquence du spectre (quelques Hz à 45 MHz). Les laboratoires français impliqués dans l’instrument RPWI sont le LESIA, le LPP, le LPC2E, le LATMOS et l’IRAP.

Contact IRAP

  • Nicolas André, nicolas.andre@irap.omp.eu

Plus d'actualités

Le rayonnement des étoiles massives sculpte les systèmes planétaires

Comment se forme un système planétaire tel que le système solaire ? Pour le comprendre, des scientifiques du CNRS au sein d’une équipe de recherche internationale1 ont étudié une pouponnière d’étoiles, […]

Service Web CDPP 3DView pour les observations de rayons X synthétiques SMILE SXI

La mission SMILE (Solar Wind Magnetosphere Ionosphere Link Explorer) est une mission conjointe de l’Agence spatiale européenne (ESA) et de l’Académie des sciences chinoise (CAS). SMILE étudiera la réponse dynamique […]

Le télescope James Webb assiste en direct à la destruction d’un océan terrestre tous les mois

Une équipe internationale impliquant pour la partie française des scientifiques (1) de l’Université Paris-Saclay, de l’université Toulouse III – Paul Sabatier, du laboratoire commun INCLASS (IAS/ACRI-ST), de l’Observatoire de Paris-PSL, […]

Rechercher