Néo-Narval, un nouvel instrument au sommet du Pic du Midi

Les exoplanètes ont le vent en poupe ! En témoigne le prix Nobel de physique 2019 attribué aux suisses Michel Mayor et Didier Queloz pour leur découverte de la première exoplanète orbitant autour d’une étoile similaire au Soleil. Aujourd’hui tous les observatoires du monde tâchent d’en découvrir de nouvelles et de les étudier, grâce à des instruments de plus en plus performants. Dans ce cadre, l’observatoire du Pic du Midi s’est doté d’un nouvel instrument astronomique, Néo-Narval, installé sur le Télescope national Bernard Lyot. Ce spectropolarimètre ultrastable fonctionne dans la partie visible du spectre lumineux et permet ainsi la détection d’exoplanètes autour d’étoiles magnétiquement actives de masse inférieure et intermédiaire.

Le projet Néo-Narval s’inscrit dans le cadre du renouvellement de l’instrumentation du Télescope Bernard Lyot (TBL) au Pic du Midi. Depuis près de deux décennies, le télescope Bernard Lyot se consacre à l’étude des champs magnétiques des étoiles par spectropolarimétrie à haute résolution, notamment grâce à l’instrument Narval. L’évolution de cette thématique de recherche, pour une étude intensive des étoiles, similaires au Soleil, actives magnétiquement et hôtes de planètes, a conduit les équipes de recherche à faire évoluer Narval vers Néo-Narval, un instrument capable de mesurer la vitesse radiale de l’étoile observée par rapport à l’observateur, avec une précision inférieure à 3 m/s grâce à une stabilité instrumentale multipliée par 10 par rapport à Narval.  La mesure de vitesse radiale d’une étoile est une technique fréquemment utilisée pour la détection d’exoplanètes. Elle permet également d’étudier la rotation des étoiles, ainsi que les oscillations de leur surface.

Néo-Narval poursuivra trois objectifs majeurs :

  • la recherche et la confirmation d’exoplanètes autour des étoiles magnétiquement actives, obtenues par spectro-polarimétrie combinée ;
  • l’exploration des derniers stades de l’évolution d’un système exoplanétaire ;
  • la poursuite des études classiques sur les champs magnétiques stellaires.

Narval puis Néo-Narval, ont été développés au sein de l’Observatoire Midi-Pyrénées (OMP – CNES/CNRS/Météo France/IRD/UT3 Paul Sabatier), par les équipes scientifiques et techniques de l’Institut de recherche en astrophysique et planétologie (Irap/OMP – CNRS / CNES / UT3 Paul Sabatier), du Télescope Bernard Lyot (TBL) et les services communs de l’OMP, avec le soutien de la Région Occitanie / Pyrénées-Méditerranée, leur conférant une expertise mondiale dans le domaine de la spectropolarimétrie stellaire.

Ressources complémentaires

Contacts IRAP

  • Torsten Boehm, torsten.boehm@irap.omp.eu
  • Arturo Lopez Ariste, Arturo.Lopezariste@irap.omp.eu

Plus d'actualités

Actualités

Mars ne s’est pas asséchée d’un coup

Alors que le rover Perseverance vient de se poser sur Mars, son prédécesseur Curiosity continue son exploration à la base du mont Sharp (ou Aeolis Mons), un relief de plusieurs […]

12.04.2021

Actualités

Rôle des métaux dans la chimie des poussières (d’étoiles)

Comprendre la formation des poussières d’étoiles en laboratoire est un des objectifs du projet ERC Synergy Nanocosmos (1). L’équipe toulousaine impliquée dans ce projet vient de publier une méthodologie permettant […]

01.04.2021

Actualités

Les premières images de la toile cosmique révèlent une myriade de galaxies naines insoupçonnées

Les filaments de gaz dans lesquels naissent les galaxies sont prédits depuis longtemps par les modèles cosmologiques mais nous n’avions pas encore de véritables images de ces objets. Pour la […]

19.03.2021

Rechercher