Sonder les profondeurs du ciel X: Publication du premier catalogue de sources de rayons X à partir d’observations combinées.

Le Survey Science Center (SSC) du satellite XMM-Newton a publié le premier catalogue de sources de rayons X provenant de régions du ciel observées à plusieurs reprises. Le catalogue comprend près de 72 000 objets, en partie de nature exotique, qui ont été observés avec le télescope spatial à rayons X XMM-Newton. Le catalogue fournit des informations sur les propriétés physiques des sources et permet aux astronomes d’identifier leurs variations de luminosité sur des échelles de temps de plusieurs années. Il comprend plusieurs milliers de sources de rayons X découvertes grâce au catalogue.

Depuis son lancement à la fin de l’année 1999, l’observatoire de rayons X de l’Agence spatiale européenne XMM-Newton a étudié de nombreuses zones du ciel à plusieurs reprises. Le SSC a développé un nouveau logiciel pour rechercher des objets astrophysiques dans les données combinées et a construit le premier catalogue de sources à partir de ces observations profondes. « En combinant plusieurs pointés, nous pouvons atteindre une plus grande sensibilité ce qui permet de faire émerger des sources faibles qui ne sont pas détectables dans les observations individuelles », explique Natalie Webb (IRAP), directrice du SSC.

Le nouveau catalogue comprend 71 951 sources de rayons X tirées de 1789 observations d’XMM-Newton. Le catalogue peut être utilisé pour tracer les variations de luminosité des sources sur des periodes de temps pouvant atteindre 14,5 ans. Les scientifiques du monde entier utilisent depuis plusieurs années les catalogues de sources d’XMM-Newton pour leurs recherches et découvrent régulièrement des objets nouveaux et rares.

Télescopes à rayons X: l’invisible rendu visible

Les observations X ouvrent une fenêtre sur les régions de l’univers qui sont invisibles à l’oeil humain. Les rayons X proviennent de processus extrêmement énergétiques, par exemple du gaz chauffé à des centaines de millions de degrés. Les catégories d’objets émettant des rayons X vont des étoiles effondrées, chaudes et/ou très compactes, à des trous noirs massifs dans des galaxies lointaines ou aux amas de galaxies à des milliards d’années-lumière de la Terre.

Le Survey Science Center d’XMM-Newton a été créé il y a plus de vingt ans. Il est composé de scientifiques issus de plusieurs pays européens dont la France, l’Espagne, le Royaume-Uni et l’Allemagne. Ce groupe de travail analyse les observations publiques d’XMM-Newton et publie des catalogues de toutes les sources qui y sont détectées.

Un exemple provenant du catalogue d’observations combinées. A gauche, une seule observation de 6 heures, au milieu, 10 observations combinées de la même région du ciel pour un total de 48 heures et à droite, 19 observations combinées résultant en plus de 3 jours d’observations.

Ressources complémentaires :

Contact IRAP

  • Natalie Webb, Natalie.Webb@irap.omp.eu

Plus d'actualités

Actualités

LE ROVER PERSEVERANCE PRÊT A DÉCOLLER VERS MARS

Mardi 30 juin 2020, Jean-Yves Le Gall, Président du CNES, et Antoine Petit, Président Directeur-Général du CNRS, ont présenté ensemble les enjeux de la mission de la NASA « Mars […]

01.07.2020

Actualités

Plongez dans le cœur de l’instrument spatial X-IFU

Une nouvelle vidéo du spectromètre spatial X-IFU (X-ray Integral Field Unit) est maintenant disponible pour découvrir le cœur de l’instrument : la chaîne de détection en rayons X. Le spectromètre X-IFU […]

28.05.2020

Actualités

La France livre le spectrophotomètre infrarouge NISP pour la mission spatiale européenne Euclid

Après plus de 10 ans de conception, de fabrication et de tests, le spectro-photomètre proche infrarouge NISP (Near Infrared SpectroPhotometer) a été livré lundi 19 mai 2020 à l’ESA. Il […]

22.05.2020

Rechercher