La raie Galactique de l’26Al observée par le spectromètre SPI/INTEGRAL

La raie Galactique de l'26Al observée par le spectromètre SPI/INTEGRAL

La raie en émission observée à 1.8 MeV est associée à la décroissance de l’26Al, et donc à la production d’éléments lourds dans notre Galaxie.

C’est une émission diffuse à grande échelle, et qui est difficile à observer par les instruments gamma, généralement conçus pour l’étude des sources ponctuelles. L’unique carte de l’26Al disponible jusqu’à présent a été réalisée, il y a plus de 15 ans, par l’instrument COMPTEL/CGRO.

Le spectromètre SPI à bord de la mission INTEGRAL (INTErnational Gamma Ray Laboratory) offre une occasion unique de confirmer et d’enrichir ce premier résultat.

Pour cela, les données accumulées entre 2003 et 2013 ont été analysées dans le but de déterminer la morphologie spatiale de la raie.

Les données ont tout d’abord été comparées à plusieurs cartes du ciel basées sur des observations à d’autres longueurs d’onde. Les cartes qui se rapprochent le plus de nos données correspondent à une composante stellaire jeune comme les restes de supernovae (SNe), les Etoiles Wolf-Rayet et AGB massives.

Une déconvolution par une méthode basée sur le Maximum d’Entropie a également permis d’obtenir une image du ciel dans cette bande en énergie (1805-1813 keV), ce qui nous donne plus de détails sur la distribution spatiale de cette émission.

L’image obtenue confirme que l’émission est principalement confinée dans les régions internes de la Galaxie mais révèle aussi plusieurs excès en émission, compatibles avec des sites liés à la structure des bras spiraux de la Galaxie. Ceci renforce l’un des résultats majeurs obtenu avec SPI: L’énergie de la raie se décale le long du plan Galactique, preuve que les sites en émission de l’ 26Al sont liés à la structure de la Galaxie (Diehl et al, 2006; Kretschmer et al. 2013.

integral

Figure : L’image présentée ci-dessus est basée sur 10 ans d’observation avec SPI/INTEGRAL et a été construite en imposant une résolution spatiale de 6°. Les contours superposés correspondent à la même image réalisée avec une résolution spatiale de 3°.

Ressources complémentaires :

Contacts IRAP

  • Laurent Bouchet : laurent.bouchet@irap.omp.eu
  • Elisabeth Jourdain : elisabeth.jourdain@irap.omp.eu
  • Jean-Pierre Roques : Jean-Pierre.Roques@irap.omp.eu

Auteur : ESA

Date : 12/03/20152015/03/12

Plus d'actualités

Actualités

Néo-Narval, un nouvel instrument au sommet du Pic du Midi

Les exoplanètes ont le vent en poupe ! En témoigne le prix Nobel de physique 2019 attribué aux suisses Michel Mayor et Didier Queloz pour leur découverte de la première […]

13.10.2020

Actualités

Les astronomes agissent pour sensibiliser au changement climatique

Le journal Nature Astronomy a publié le jeudi 10 septembre 2020 une série d’articles écrits par des astronomes sur les relations entre la recherche en astronomie et la crise climatique. […]

07.10.2020

Actualités

Livraison du DPIX au CNES, les yeux de la caméra ECLAIRs

Le plan de détection DPIX a été livré au CNES par l’IRAP, après plusieurs années de développement qui ont vu se succéder les étapes de réalisations complexes et les tests, […]

24.09.2020

Rechercher