La raie Galactique de l’26Al observée par le spectromètre SPI/INTEGRAL

La raie Galactique de l'26Al observée par le spectromètre SPI/INTEGRAL

La raie en émission observée à 1.8 MeV est associée à la décroissance de l’26Al, et donc à la production d’éléments lourds dans notre Galaxie.

C’est une émission diffuse à grande échelle, et qui est difficile à observer par les instruments gamma, généralement conçus pour l’étude des sources ponctuelles. L’unique carte de l’26Al disponible jusqu’à présent a été réalisée, il y a plus de 15 ans, par l’instrument COMPTEL/CGRO.

Le spectromètre SPI à bord de la mission INTEGRAL (INTErnational Gamma Ray Laboratory) offre une occasion unique de confirmer et d’enrichir ce premier résultat.

Pour cela, les données accumulées entre 2003 et 2013 ont été analysées dans le but de déterminer la morphologie spatiale de la raie.

Les données ont tout d’abord été comparées à plusieurs cartes du ciel basées sur des observations à d’autres longueurs d’onde. Les cartes qui se rapprochent le plus de nos données correspondent à une composante stellaire jeune comme les restes de supernovae (SNe), les Etoiles Wolf-Rayet et AGB massives.

Une déconvolution par une méthode basée sur le Maximum d’Entropie a également permis d’obtenir une image du ciel dans cette bande en énergie (1805-1813 keV), ce qui nous donne plus de détails sur la distribution spatiale de cette émission.

L’image obtenue confirme que l’émission est principalement confinée dans les régions internes de la Galaxie mais révèle aussi plusieurs excès en émission, compatibles avec des sites liés à la structure des bras spiraux de la Galaxie. Ceci renforce l’un des résultats majeurs obtenu avec SPI: L’énergie de la raie se décale le long du plan Galactique, preuve que les sites en émission de l’ 26Al sont liés à la structure de la Galaxie (Diehl et al, 2006; Kretschmer et al. 2013.

integral

Figure : L’image présentée ci-dessus est basée sur 10 ans d’observation avec SPI/INTEGRAL et a été construite en imposant une résolution spatiale de 6°. Les contours superposés correspondent à la même image réalisée avec une résolution spatiale de 3°.

Ressources complémentaires :

Contacts IRAP

  • Laurent Bouchet : laurent.bouchet@irap.omp.eu
  • Elisabeth Jourdain : elisabeth.jourdain@irap.omp.eu
  • Jean-Pierre Roques : Jean-Pierre.Roques@irap.omp.eu

Auteur : ESA

Date : 12/03/20152015/03/12

Plus d'actualités

Actualités

Rôle des métaux dans la chimie des poussières (d’étoiles)

Comprendre la formation des poussières d’étoiles en laboratoire est un des objectifs du projet ERC Synergy Nanocosmos (1). L’équipe toulousaine impliquée dans ce projet vient de publier une méthodologie permettant […]

01.04.2021

Actualités

Les premières images de la toile cosmique révèlent une myriade de galaxies naines insoupçonnées

Les filaments de gaz dans lesquels naissent les galaxies sont prédits depuis longtemps par les modèles cosmologiques mais nous n’avions pas encore de véritables images de ces objets. Pour la […]

19.03.2021

Actualités

SPHERE, vingt ans de défis et de réussites pour les exoplanètes

Le consortium SPHERE célèbre sa 100ème publication scientifique, dont l’étude démographique des exoplanètes situées au-delà de l’orbite de Saturne. L’imageur d’exoplanètes SPHERE (Spectro-Polarimetric High-Contraste Exo-planet REsearch), actuellement installé et en fonctionnement au Very […]

18.03.2021

Rechercher