Christine Joblin lauréate de la médaille d’argent du CNRS

Christine Joblin lauréate de la médaille d’argent du CNRS

La Médaille d’argent du CNRS distingue un chercheur pour l’originalité, la qualité et l’importance de ses travaux, reconnus sur le plan national et international.

Portrait

C_Joblin_fancybox

Christine Joblin est directrice de recherche au CNRS et spécialiste de l’étude des grandes molécules carbonées d’intérêt astrophysique.

Elle a obtenu un doctorat en astrophysique et techniques spatiales de l’Université Paris 7 en 1992 et a consacré sa thèse aux molécules polycycliques aromatiques hydrogénées (PAH) interstellaires, une thématique qui anime encore aujourd’hui sa carrière de chercheur. L’année suivante, elle est partie pour un séjour post-doctoral de trois ans au NASAAmes Research Centeren Californie.

De retour en France, Christine Joblin a intégré le Centre d’Étude Spatiale des Rayonnements (CESR) où elle a implanté une activité d’astrophysique de laboratoire avec le dispositif PIRENEA. Cette activité lui a valu le prix de la Société Française d’Astronomie et d’Astrophysique (SF2A) en 2001.

Aujourd’hui, elle poursuit ses recherches à l’IRAP (Institut de Recherche en Astrophysique et Planétologie) sur la formation des PAH et des très petites particules de poussière carbonée, leur modification au cours du cycle de la matière cosmique et leur impact sur l’évolution physique et chimique des milieux astrophysiques, combinant études expérimentales, observations astronomiques et travaux de modélisation. Ce travail s’appuie sur une meilleure compréhension des propriétés fondamentales des grandes molécules carbonées. Il s’inscrit dans une approche multi- et inter-disciplinaire impliquant astrophysiciens, physiciens et physico-chimistes, approche qu’elle a soutenu par son engagement dans le programme national de l ‘INSU-AA « Physique et Chimie du Milieu Interstellaire » dont elle a assuré la Présidence de 2006 à 2014.

Christine Joblin, avec deux collègues espagnols, a récemment décroché un Synergy Grant de l’ERC (Conseil européen de la recherche) pour le projet NANOCOSMOS qui a pour objectif de mieux comprendre la formation des poussières d’étoiles. Ce projet va permettre à l’activité d’astrophysique de laboratoire toulousaine de prendre une nouvelle dimension en s’appuyant sur des scientifiques et ingénieurs des laboratoires de l’Université Paul Sabatier/CNRS: l’IRAP-OMP mais aussi le LCAR et le LCPQ à l’IRSAMC et le LAPLACE.

Pour en savoir plus :  http://www.irap.omp.eu/actualites/actu-nanocosmos

Contact

Christine Joblin, IRAP, christine.joblin@irap.omp.eu

Auteur : OMP

Date : 17/02/20152015/02/17

Plus d'actualités

Perseverance : 3 ans d’aventures martiennes

Il y a 3 ans, le 18 février 2021, le rover Perseverance de la NASA se posait dans le cratère Jezero, sur la planète Mars. Les équipes de la mission […]

De nouveaux indices pour comprendre des mystérieux signaux radio provenant de l’espace lointain

Grâce à deux télescopes à rayons X de la NASA, une équipe internationale de scientifiques, impliquant à Toulouse l’Institut de Recherche en Astrophysique et Planétologie (IRAP/OMP – CNES/CNRS/UT3), a pu […]

Direction la Lune pour l’instrument DORN

L’instrument DORN (Detection of Outgassing RadoN) dédié à la mesure du radon à la surface de la Lune, a été développé à l’IRAP-OMP. Il sera embarqué à bord de la […]

Rechercher