L’ESA choisit d’explorer l’ « Univers chaud et énergétique »

L'ESA choisit d'explorer l' "Univers chaud et énergétique"

L’IRAP s’associe à l’Irfu/AIM et à l’Observatoire de Strasbourg pour annoncer la sélection du thème de la prochaine mission  de grande taille de l’Agence Spatiale Européenne.

Ce 28 novembre, le comité des programmes scientifiques de l’Agence Spatiale Européenne a retenu, parmi 29 propositions, l’Univers chaud et énergétique (« The Hot and Energetic Universe ») comme thème scientifique de sa future grande mission spatiale (classe L), dont le lancement est prévu pour 2028 [1]. Cette thématique a été portée par une communauté scientifique européenne unie. La communauté française, et notamment les laboratoires du CNRS (IRAP, Observatoire de Strasbourg) et du CEA (Irfu/AIM), ont contribué de façon majeure à cette proposition scientifique.

L’étude de l’Univers chaud et énergétique permettra de comprendre comment la matière ordinaire s’assemble dans les grandes structures de l’Univers, groupes et amas de galaxies, et comment les trous noirs croissent et influent sur leur environnement. C’est le domaine des rayons X, qui permet d’observer le gaz chaud dans les grandes structures et les trous noirs, deux composantes fondamentales conditionnant la formation et l’évolution de l’Univers.

Un consortium de laboratoires européens, dont des laboratoires français, va proposer début 2014 la mission Athena [2] afin de répondre à ces questions fondamentales de l’astrophysique moderne. Succédant au satellite XMM-Newton, actuellement en opération, Athena serait ainsi le grand observatoire européen de prochaine génération dans le domaine des rayons X. La surface collectrice de ses miroirs (2m²), couplée à son excellente résolution angulaire (de 5 arc-secondes) et spectrale (2.5 electron-volts), ainsi que son large champ de vue (jusqu’à 40 arc-minutes) lui conféreront une capacité d’observation supérieure de deux ordres de grandeur aux instruments de la génération précédente. Athena sera complémentaire aux observatoires dans d’autres domaines de longueurs d’onde, au sol et dans l’espace, comme SKA, ALMA, JWST, E-ELT ou CTA.

Les laboratoires français, dont l’IRAP, l’Observatoire de Strasbourg et l’Irfu/AIM, souhaitent contribuer à la mission Athena, à son centre de données, aux deux instruments d’observation, et en tout premier lieu au spectro-imageur à haute résolution spectrale et angulaire (X-ray Integral Field Unit).

La liste des publications accompagnant la proposition du thème scientifique « The Hot and Energetic Universe » et de la mission Athena est disponible sur le site internet d’Athena [2].

[1] http://www.esa.int/fre/ESA_in_your_country/France/La_nouvelle_vision_de_l_ESA_pour_etudier_l_univers_invisible

[2] http://www.the-athena-x-ray-observatory.eu

Contacts IRAP :

Didier Barret, didier.barret@irap.omp.eu

Etienne Pointecouteau, etienne.pointecouteau@irap.omp.eu

Contact Athena+ France :

Didier Barret, didier.barret@irap.omp.eu

Auteur : IRAP-Irfu/AIM-Observatoire de Strasbourg

Date : 29/11/20132013/11/29

Plus d'actualités

Actualités

Une nouvelle molécule détectée dans un disque proto-planétaire

Comprendre la composition des disques proto-planétaires qui accompagnent systématiquement la formation des étoiles et sont les berceaux des systèmes planétaires, reste une étape clé pour élucider les mécanismes de formation des […]

20.09.2021

Actualités

Une partie manquante de la matière de l’Univers trouvée grâce à l’instrument MUSE

Les galaxies sont capables de recevoir et d’échanger de la matière avec leur environnement extérieur grâce aux vents galactiques résultant de l’explosion d’étoiles. Grâce à l’instrument MUSE (1) du Very […]

16.09.2021

Actualités

Tour d’horizon de la future mission vénusienne EnVision

D’ici une dizaine d’années, la mission européenne EnVision mettra le cap sur Vénus pour nous permettre d’avoir, pour la première fois, une vision globale de la planète. En effet, nous […]

01.09.2021

Rechercher