Une nouvelle molécule détectée dans un disque proto-planétaire

Comprendre la composition des disques proto-planétaires qui accompagnent systématiquement la formation des étoiles et sont les berceaux des systèmes planétaires, reste une étape clé pour élucider les mécanismes de formation des planètes.

L’observation des molécules constitue le principal moyen de contraindre les mécanismes physiques en action dans ces disques. Mais pour cela, il faut aussi comprendre l’évolution chimique de ces mêmes molécules pour interpréter correctement les observations moléculaires dans les disques. 

Parmi les molécules connues à ce jour, celles contenant du soufre restent mal comprises. CS (le mono-sulfure de carbone) a été parmi les premières molécules détectées dans les disques en 1997 (utilisant le télescope de 30-m de l’IRAM). La situation n’a changé que récemment, avec la découverte de H2CS par ALMA, et celle de H2S (une molécule clé pour le soufre) par NOEMA. 

Une équipe internationale composée de chercheurs européens et asiatiques a utilisé l’interféromètre NOEMA de l’IRAM, et en particulier sa capacité à observer de nombreuses raies moléculaires en même temps grâce à PolyFix, pour détecter la molécule CCS dans le disque entourant l’étoile triple GG Tau. Ce disque est assez massif, ce qui facilite la détection de molécules peu abondantes, comme H2S, détecté en 2018 par la même équipe.

C’est avec l’observatoire NOEMA dans les Hautes-Alpes françaises que les chercheurs ont détecté pour la première fois la molécule thioxoéthénylidène (CCS) dans un disque où se forment les planètes./ Crédits : IRAM, DiVertiCimes

L’abondance de CCS est environ 20 fois plus faible que celle de CS. La détection de cette molécule, ainsi qu’une limite sur l’abondance de OCS, renforce le problème de la compréhension de la chimie du soufre dans les disques. À ce jour, aucun modèle chimique ne permet encore de prédire correctement les abondances des molécules soufrées bien détectées (CS, H2S, H2CS et CCS) ou dont la détection est plus bruitée (SO et OCS). La détection de cette nouvelle molécule est un pas de plus vers un modèle chimique plus cohérent, ouvrant peu à peu la voie à la compréhension de la physico-chimie du plan du disque où naissent les planètes.

Ressources complémentaires

  • Publication scientifique : An unbiased NOEMA 2.6 to 4 mm survey of the GG Tau ring: First detection of CCS in a protoplanetary disk – Astronomy & Astrophysics, by N. T. Phuong, A. Dutrey, E. Chapillon, S. Guilloteau, J. Bary, T. L. Beck, A. Coutens, O. Denis-Alpizar, E. Di Folco, P. N. Diep, L. Majumdar, J.-P. Melisse, C.-W. Lee, V. Pietu, T. Stoecklin and Y.-W. Tang, https://doi.org/10.1051/0004-6361/202141881

Contact IRAP

  • Audrey Coutens, audrey.coutens@irap.omp.eu

Plus d'actualités

Actualités

« Les images du James Webb Space Telescope sont extraordinaires »

Astrophysicien au CNRS et responsable d’un des programmes d’observation sur ce télescope, Olivier Berné commente à chaud les toutes premières images du télescope spatial James Webb (JWST), publiées aujourd’hui par […]

15.07.2022

Actualités

L’origine du vent stellaire de Bételgeuse dévoilée par les premières images 3D

Hormis les éléments les plus légers (H, He et Li), les atomes se forment à l’intérieur des étoiles, tout au long de sa vie, par réactions nucléaires. Mais ces derniers […]

21.06.2022

Actualités

Adoption de la mission d’exploration spatiale Comet Interceptor

La mission spatiale Comet Interceptor vient d’être adoptée par l’Agence Spatiale Européenne (ESA) pour être la prochaine mission d’exploration du Système Solaire. Développée en collaboration avec l’agence spatiale japonaise (JAXA), […]

14.06.2022

Rechercher