Les télescopes TAROT intègrent le réseau GRANDMA pour caractériser les sources d’ondes gravitationnelles

Une nouvelle ère de la physique s’est ouverte en 2015 avec la détection des ondes gravitationnelles engendrées par des fusions de trous noirs ou d’étoiles à neutrons. La campagne 2019-2020 de détection des ondes gravitationnelles a permis aux interféromètres LIGO/Virgo d’envoyer 56 alertes de sources potentielles (dont GW190814, GW190412 and GW190425 confirmés). Opérés par des chercheurs de l’IRAP, les télescopes optiques TAROT ont recherché une contrepartie visible pour 47 des 56 sources détectées par LIGO/Virgo afin d’affiner leur caractérisation. Les télescopes TAROT ont été utilisés dans le cadre du réseau GRANDMA qui a permis de coordonner la stratégie des observations au niveau mondial en incluant un programme de science participative. L’analyse des images n’a montré aucune source visible associée aux sources d’ondes gravitationnelles. Néanmoins, les limites atteintes par les observations optiques apportent des contraintes aux modèles d’émission électromagnétiques des sources d’ondes gravitationnelles. L’IRAP participera au suivi de la prochaine campagne de détection d’ondes gravitationnelles prévue en 2022.

Photographie du le télescope TAROT installé sur l’île de la Réunion en train d’observer le ciel.

Ressources complémentaires

Contacts IRAP

  • Alain Klotz, alain.klotz@irap.omp.eu
  • Kanthanakorn Noysena, knoysena@irap.omp.eu

Plus d'actualités

Le rayonnement des étoiles massives sculpte les systèmes planétaires

Comment se forme un système planétaire tel que le système solaire ? Pour le comprendre, des scientifiques du CNRS au sein d’une équipe de recherche internationale1 ont étudié une pouponnière d’étoiles, […]

Service Web CDPP 3DView pour les observations de rayons X synthétiques SMILE SXI

La mission SMILE (Solar Wind Magnetosphere Ionosphere Link Explorer) est une mission conjointe de l’Agence spatiale européenne (ESA) et de l’Académie des sciences chinoise (CAS). SMILE étudiera la réponse dynamique […]

Le télescope James Webb assiste en direct à la destruction d’un océan terrestre tous les mois

Une équipe internationale impliquant pour la partie française des scientifiques (1) de l’Université Paris-Saclay, de l’université Toulouse III – Paul Sabatier, du laboratoire commun INCLASS (IAS/ACRI-ST), de l’Observatoire de Paris-PSL, […]

Rechercher