La sonde européenne Solar Orbiter quittera la Terre en direction du Soleil le 10 février 2020

Dans la nuit du 9 au 10 février 2020, depuis le Kennedy Space Center en Floride, la sonde Solar Orbiter partira en direction du Soleil à bord d’un Atlas V 411. Sa croisière durera un peu moins de deux ans et sa mission scientifique entre 5 et 9 ans.

Dédiée à la physique solaire et héliosphérique, elle a été sélectionnée et adoptée en octobre 2011 comme première mission de classe moyenne du programme Cosmic Vision 2015-2025 de l’ESA, avec une forte contribution de la NASA. Les objectifs sont d’explorer le vent solaire et de comprendre l’activité de notre étoile. Solar Orbiter permettra ainsi de mieux caractériser les phénomènes éruptifs du Soleil, et de comprendre comment celui-ci contrôle son environnement et le milieu magnétique interplanétaire, aussi appelé héliosphère.

Du fait de son expertise scientifique reconnue, la France a contribué, via le CNES, le CNRS et le CEA, à la réalisation de 6 des 10 instruments équipant la charge utile. Parmi les cinq laboratoires français impliqués, l’Institut de recherche en astrophysique et planétologie de Toulouse (IRAP-OMP) a fortement contribué à cette mission en fournissant notamment l’analyseur de vent solaire qui caractérisera de manière complète les principaux constituants du plasma du vent solaire.

Contact IRAP

  • Alexis Rouillard, alexis.rouillard@irap.omp.eu

Ressources complémentaires

Plus d'actualités

Service Web CDPP 3DView pour les observations de rayons X synthétiques SMILE SXI

La mission SMILE (Solar Wind Magnetosphere Ionosphere Link Explorer) est une mission conjointe de l’Agence spatiale européenne (ESA) et de l’Académie des sciences chinoise (CAS). SMILE étudiera la réponse dynamique […]

Perseverance : 3 ans d’aventures martiennes

Il y a 3 ans, le 18 février 2021, le rover Perseverance de la NASA se posait dans le cratère Jezero, sur la planète Mars. Les équipes de la mission […]

De nouveaux indices pour comprendre des mystérieux signaux radio provenant de l’espace lointain

Grâce à deux télescopes à rayons X de la NASA, une équipe internationale de scientifiques, impliquant à Toulouse l’Institut de Recherche en Astrophysique et Planétologie (IRAP/OMP – CNES/CNRS/UT3), a pu […]

Rechercher