Caractérisation optique de la kilonova associée à l’onde gravitationnelle du 17 aout 2017 par des astrophysiciens de l’IRAP

Une onde gravitationnelle a été détectée par les observatoires gravitationnels LIGO/Virgo le 17 août 2017. Rapidement il s’est avéré que le signal correspondait à la fusion de deux étoiles à neutrons situées à environ 130 millions d’années lumière. Une détection simultanée en onde gamma a été réalisée à bord de satellites. La localisation restait peu précise  mais seulement une cinquantaine de galaxies pouvaient héberger le phénomène. En moins d’une journée, les télescopes optiques sol ont permis de localiser précisément l’astre en lumière visible.

A l’IRAP des astrophysiciens ont utilisé le télescope Zadko opéré conjointement avec les astrophysiciens de l’Université d’Australie Occidentale (UWA) pour suivre l’évolution de la lumière visible de l’astre. L’objet a pu être suivi plusieurs nuits australiennes et a permis de constater une décroissance de l’éclat compatible avec des modèles de kilonova.

L’image ci-dessous montre, à gauche l’image de la galaxie NGC4993 qui hébergeait le couple d’étoiles à neutrons. A droite l’image soustraite de la contribution de la galaxie qui mets en évidence la faible lumière de la kilonova (à l’intersection des traits).

Ressources complémentaires

Contact IRAP

  • Alain Klotz : alain.klotz@irap.omp.eu

Plus d'actualités

Le rayonnement des étoiles massives sculpte les systèmes planétaires

Comment se forme un système planétaire tel que le système solaire ? Pour le comprendre, des scientifiques du CNRS au sein d’une équipe de recherche internationale1 ont étudié une pouponnière d’étoiles, […]

Service Web CDPP 3DView pour les observations de rayons X synthétiques SMILE SXI

La mission SMILE (Solar Wind Magnetosphere Ionosphere Link Explorer) est une mission conjointe de l’Agence spatiale européenne (ESA) et de l’Académie des sciences chinoise (CAS). SMILE étudiera la réponse dynamique […]

Le télescope James Webb assiste en direct à la destruction d’un océan terrestre tous les mois

Une équipe internationale impliquant pour la partie française des scientifiques (1) de l’Université Paris-Saclay, de l’université Toulouse III – Paul Sabatier, du laboratoire commun INCLASS (IAS/ACRI-ST), de l’Observatoire de Paris-PSL, […]

Rechercher