EMIR arrive sur le GTC

L’équipe EMIR de l’IRAP est heureuse d’annoncer l’arrivée de l’instrument EMIR sur le télescope de 10m GTC aux Canaries. Cet événement marque la fin d’une aventure vieille de presque 15 ans !

EMIR arrive sur le GTC

EMIR est un spectrographe de grand-champ de vue, avec capacité multi-objet dans le proche-IR (des bandes z à K incluses). Il est complètement cryogénique, et sa résolution R~4000-5000 est optimale pour corriger de l’émission des raies OH du ciel et maximiser ainsi le domaine « propre » en longueur d’onde. L’instrument possède un mode multi-fente reconfigurable, unique sur un instrument de ce type, permettant d’observer jusqu’à 50 sources sur un champ de vue de 6×6 arcmin.

Pour sa mise en œuvre, EMIR a nécessité des efforts considérables de R&D sur une longue échelle de temps, à une époque particulièrement difficile pour l’astronomie européenne. Il reste un instrument unique dans le paysage de l’instrumentation pour la cosmologie et l’extragalactique, sur le seul télescope de la classe 10m accessible à notre communauté dans l’hémisphère Nord, combinant une importante capacité multiplex et une efficacité hors-paire pour l’étude des sources faibles et compactes dans le proche-IR. Les caractéristiques techniques sont accessibles sur le site Web du GTC1

Ces qualités font de EMIR un outil idéal pour l’étude directe des premières galaxies et la réionisation, permettant l’accès aux propriétés physiques des galaxies aux premiers stades de leur assemblage. En effet, le design d’EMIR a été complètement déterminé par les exigences scientifiques du relevé qui sera conduit avec le temps garanti de l’instrument, et plus particulièrement du projet GOYA dans ses aspects d’étude de l’assemblage des galaxies, et des galaxies les plus distantes.

 EMIR est un projet piloté par l’IAC en Canaries, mais il n’aurait pas été possible sans les efforts combinés des équipes du LATT, puis de l’IRAP, et de nos collègues du LAM à Marseille. L’équipe technique toulousaine a assuré la mise en place des détecteurs et du logiciel d’aide à l’observation, avec une contribution importante au contrôle commande, des travaux conduits essentiellement sous la responsabilité de F. Beigbeder, E. Bourrec, et S. Brau-Nogué. De Nombreux autres ingénieurs et chercheurs toulousains ont contribué à cet effort au cours de ces longues années, notamment S. Baratchard, J.F. Le Borgne, J. Richard, et J.M. Glorian. Nous espérons que EMIR répondra pleinement à nos espoirs dans les prochains mois, avec des résultats scientifiques à la clé.

Ressources complémentaires

1 Site Web du GTC : http://www.gtc.iac.es/instruments/emir/emir.php

Contact IRAP

Roser Pello, roser.pello@irap.omp.eu

Auteur : Roser Pello

Date : 02/06/2016

Plus d'actualités

Actualités

Néo-Narval, un nouvel instrument au sommet du Pic du Midi

Les exoplanètes ont le vent en poupe ! En témoigne le prix Nobel de physique 2019 attribué aux suisses Michel Mayor et Didier Queloz pour leur découverte de la première […]

13.10.2020

Actualités

Les astronomes agissent pour sensibiliser au changement climatique

Le journal Nature Astronomy a publié le jeudi 10 septembre 2020 une série d’articles écrits par des astronomes sur les relations entre la recherche en astronomie et la crise climatique. […]

07.10.2020

Actualités

Livraison du DPIX au CNES, les yeux de la caméra ECLAIRs

Le plan de détection DPIX a été livré au CNES par l’IRAP, après plusieurs années de développement qui ont vu se succéder les étapes de réalisations complexes et les tests, […]

24.09.2020

Rechercher