Diffusion du champ magnétique par les familles de granules à la surface du soleil

Le soleil par sa proximité est un laboratoire unique dont les conditions physiques sont difficilement reproductibles sur Terre. Les grandeurs thermodynamiques, radiatives, magnétiques sont dans des gammes d’amplitude hors du commun. Les interactions entre le champ magnétique et le plasma, sur des échelles de temps et d’espace irréalisables en laboratoire, sont à l’origine de l’activité solaire. La plus visible est représentée par les taches solaires qui émergent à la surface du soleil avec une cyclicité d’environ 11 ans. L’autre composante, moins connue mais dont l’importance physique est prépondérante (10000 fois plus de flux magnétique), est le réseau magnétique réparti sur l’ensemble du soleil.

Cette figure représente le module des vitesses horizontales en niveaux de blanc. Le champ magnétique longitudinal est représenté par les contours en jaune et blanc pour chaque polarité négative et positive. Les zones rouges indiquent les régions divergentes et celles en bleu foncé les convergentes. Le champ de l’image de 43500 km x 45000 km à la surface du soleil.

Ce réseau dont l’échelle caractéristique est de l’ordre de 20 000 à 30 000 km est généralement décrit comme étant relié à l’échelle «supergranulaire». Malgré une cinquantaine d’années d’efforts pour associer cette supergranulation à une échelle convective, aucune preuve tangible n’a pu être fournie en ce sens. Une nouvelle approche de ce phénomène vient d’être proposée par une équipe de l’IRAP et du LESIA avec une collaboratrice de la Lockheed Martin (Palo Alto-USA).

En utilisant les familles de granules explosifs récurrents, les auteurs ont montré que ces structures pouvaient générer des mouvements de surface à des dimensions très supérieures à l’échelle granulaire (1000km). Ces champs de vitesse de surface permettent le transport des éléments magnétiques d’une taille de 100 à 200 km de l’intérieur des supergranules vers le réseau magnétique. En outre, ils semblent aussi aider à la formation de grandes structures dans ce réseau en le déformant lorsque des champs de vitesse opposés sont absents.

Cette figure montre l’évolution, durant 40 minutes, des familles de granules explosifs récurrents qui sont représentées par différentes couleurs. Le champ magnétique longitudinal est visualisé en jaune et bleu clair pour chaque polarité négative et positive. Les zones rouges indiquent les régions divergentes et celles en bleu foncé les convergentes. Le champ de chaque image de 43500 km x 45000 km à la surface du soleil.

La compétition entre les diverses familles de granules explosifs récurrents apparaît comme un élément moteur des mouvements et de l’organisation du champ magnétique à la surface du soleil. La photosphère est un milieu hautement turbulent où les familles de granules explosifs soulignent des corrélations à longue distance structurant le champ magnétique. La comparaison avec des simulations à grande échelle est en cours afin de mieux caractériser la physique sous-jacente à l’émergence de ces structures.

Ces travaux ouvrent une nouvelle voie vers la compréhension du magnétisme solaire et de son évolution au cours du cycle. A plus long terme, ces résultats permettront d’élaborer des modèles plus réalistes des mécanismes de diffusion du champ magnétique à la surface des étoiles et plus particulièrement celles du type solaire.

Ressources complémentaires

  • Publication: « Relation between trees of fragmenting granules and supergranulation evolution », par Roudier, Th(1).; Malherbe, J. M(2).; Rieutord, M.(1); Frank, Z.(3), Astronomy and astrophysics Avril 2016; DOI: 10.1051/0004-6361/201628111, http://arxiv.org/pdf/1604.04118v1.pdf
    • (1) Institut de Recherche en Astrophysique et Planétologie, Université de Toulouse, CNRS, 14 avenue Edouard Belin, 31400 Toulouse, France
    • (2) LESIA, Observatoire de Paris, Section de Meudon, 92195 Meudon, France
    • (3) Lockheed Martin Advance Technology Center, Palo Alto, CA, USA
  • Vidéos :  http://www.lesia.obspm.fr/perso/jean-marie-malherbe/Hinode2007/hinode2007.html

Contact IRAP

  • Thierry Roudier, thierry.roudier@irap.omp.eu

Auteur : Thierry Roudier

Date : 21/04/2016

Plus d'actualités

Actualités

Mars ne s’est pas asséchée d’un coup

Alors que le rover Perseverance vient de se poser sur Mars, son prédécesseur Curiosity continue son exploration à la base du mont Sharp (ou Aeolis Mons), un relief de plusieurs […]

12.04.2021

Actualités

Rôle des métaux dans la chimie des poussières (d’étoiles)

Comprendre la formation des poussières d’étoiles en laboratoire est un des objectifs du projet ERC Synergy Nanocosmos (1). L’équipe toulousaine impliquée dans ce projet vient de publier une méthodologie permettant […]

01.04.2021

Actualités

Les premières images de la toile cosmique révèlent une myriade de galaxies naines insoupçonnées

Les filaments de gaz dans lesquels naissent les galaxies sont prédits depuis longtemps par les modèles cosmologiques mais nous n’avions pas encore de véritables images de ces objets. Pour la […]

19.03.2021

Rechercher