Curiosity trouve des traces d’une croûte continentale primitive sur Mars

Image prise par l’instrument MaHLI (Mars Hand Lens Imager) de Curiosity. Cet échantillon rocheux est dominé par de gros cristaux roses nacrés (des feldspaths), dans lesquels sont inclus des cristaux de quartz plus petits (en gris). Crédit : NASA/JPL-Caltech/MSSS

Une équipe internationale comprenant cinq laboratoires français dont l’IRAP (Université Paul Sabatier de Toulouse & CNRS) identifie des traces de croûte continentale ancienne sur Mars. Ces travaux ont été publiés dans la revue Nature Geoscience.

Jusqu’à présent, on voyait Mars comme une planète presque entièrement recouverte de roches basaltiques, des roches sombres qui sur Terre forment le plancher océanique. Mais les parois du cratère Gale, où a atterri Curiosity, contiennent des fragments de roches très anciennes (environ 4 milliards d’années) et plus claires, dont la microsonde laser ChemCam a livré la composition. Des scientifiques français (1) et américains ont analysé les images et les données chimiques de 22 de ces fragments rocheux. Verdict : il s’agit de roches légères, riches en feldspaths et parfois en quartz, similaires à la croûte continentale granitique rencontrée sur Terre. Plus précisément, ces reliques de croûte primitive martienne ressemblent beaucoup aux complexes TTG (Tonalite-Trondhjemite-Granodiorite), les roches prépondérantes dans la croûte terrestre à l’ère archéenne (il y a plus  de 2,5 milliards d’années). Il s’agit de la première preuve de l’existence d’une croûte continentale sur Mars (2). Ces travaux sont publiés dans la revue Nature Geoscience.

photo_5

Image prise par l’instrument MaHLI (Mars Hand Lens Imager) de Curiosity. Cet échantillon rocheux est dominé par de gros cristaux roses nacrés (des feldspaths), dans lesquels sont inclus des cristaux de quartz plus petits (en gris). Crédit : NASA/JPL-Caltech/MSSS

 
Cette découverte a été possible du fait que le cratère de Gale, formé il y 3,61 milliards d’années dans des terrains plus anciens, constitue une véritable fenêtre sur les roches primitives de la planète rouge. Ses parois offrent en effet une coupe géologique naturelle sur 2 à 3 kilomètres d’épaisseur, alors que les spectromètres des sondes en orbite n’analysent que la surface sur quelques dizaines de micromètres (millionièmes de mètres).
 
Ces travaux ont notamment bénéficié du soutien financier de la NASA (Mars Exploration Program) et du CNES.

Notes

(1) Les laboratoires français impliqués sont :

  • l’Institut de minéralogie, de physique des matériaux et de cosmochimie (CNRS/UPMC/IRD/MNHN), à Paris
  • l’Institut de recherche en astrophysique et planétologie (CNRS/Université Toulouse III — Paul Sabatier), à Toulouse
  • le laboratoire Géoressources (CNRS/Université de Lorraine/CREGU), à Nancy
  • le Laboratoire de planétologie et géodynamique de Nantes (CNRS/Université de Nantes/Université d’Angers)
  • l’Institut de planétologie et astrophysique de Grenoble (CNRS/UJF)

(2) Jusqu’à présent, on ne disposait que d’indices : des roches claires repérées par des sondes en orbite, mais sans information sur leur composition ou leur âge. Ou encore la météorite martienne Black Beauty, contenant des feldspaths âgés de plus de 4 milliards d’années.

Sources

Contact IRAP

  • Olivier Gasnault, IRAP, olivier.gasnault@irap.omp.eu, 05 61 55 75 53

Date : 24/07/20152015/07/24

Plus d'actualités

Le rayonnement des étoiles massives sculpte les systèmes planétaires

Comment se forme un système planétaire tel que le système solaire ? Pour le comprendre, des scientifiques du CNRS au sein d’une équipe de recherche internationale1 ont étudié une pouponnière d’étoiles, […]

Service Web CDPP 3DView pour les observations de rayons X synthétiques SMILE SXI

La mission SMILE (Solar Wind Magnetosphere Ionosphere Link Explorer) est une mission conjointe de l’Agence spatiale européenne (ESA) et de l’Académie des sciences chinoise (CAS). SMILE étudiera la réponse dynamique […]

Le télescope James Webb assiste en direct à la destruction d’un océan terrestre tous les mois

Une équipe internationale impliquant pour la partie française des scientifiques (1) de l’Université Paris-Saclay, de l’université Toulouse III – Paul Sabatier, du laboratoire commun INCLASS (IAS/ACRI-ST), de l’Observatoire de Paris-PSL, […]

Rechercher