Le CNRS, acteur majeur de la mission Rosetta

Le CNRS, acteur majeur de la mission Rosetta

Dans une semaine, le 12 novembre, entre 17h et 17h30, l’atterrisseur Philae de la sonde Rosetta de l’Agence spatiale européenne (ESA) tentera de se poser sur la comète 67P-Churyumov-Gerasimenko. Une mission périlleuse et inédite grâce à laquelle des scientifiques, notamment du CNRS et de différentes universités françaises, comptent lever le voile sur certains des mystères de nos origines. Le CNRS a participé à l’élaboration de treize instruments scientifiques de la mission, dont trois pour lesquels il est leader. Partout en France, et notamment à la Cité de l’Espace de Toulouse, il sera possible de suivre en direct cette première mondiale, qui sera retransmise en vidéo sur : www.insu.cnrs.fr/fr/Rosetta. Des chercheurs et ingénieurs du CNRS seront notamment mobilisés ce jour-là pour répondre, en direct sur Twitter avec #PoseToiPhilae, aux questions du public sur la mission et ses enjeux scientifiques.

La mission Rosetta de l’ESA a pour objectif de recueillir des données sur la composition et les propriétés du noyau de la comète 67P-Churyumov-Gerasimenko. Si Rosetta est arrivée à destination le 6 août dernier en se mettant en orbite autour de la comète, ce n’est pas encore le cas de son petit atterrisseur, Philae, qui essaiera de se poser le 12 novembre sur celle-ci. Ce sera la première fois qu’un atterrissage sera tenté sur un noyau cométaire !

La sonde Rosetta est équipée de 21 instruments scientifiques qui permettent d’effectuer un ensemble de mesures précises et complémentaires : composition chimique des matériaux de la surface, structure interne et composition du noyau, images directes et indirectes à différentes longueurs d’ondes, dynamique des émissions de poussières et leurs types, dégazage de surface, magnétisme, etc.

Le CNRS contribue à treize instruments de Rosetta : huit sur la sonde qui est en orbite autour de 67P-Churyumov-Gerasimenko, quatre sur l’atterrisseur Philae et un (CONSERT) présent à la fois sur l’orbiteur et l’atterrisseur. Le CNRS est leader de trois d’entre eux : CIVA, RPC-MIP (tous deux sur Philae) et CONSERT. C’est notamment l’instrument CIVA qui devrait prendre les premiers clichés de la surface de la comète. Rosetta est un véritable couteau suisse scientifique développé par un consortium international de laboratoires et agences (Europe et Etats-Unis). L’étude de l’environnement externe et interne de la comète permettra d’en savoir plus sur ces « boules de neige sales », et donc sur la formation du Système solaire et nos origines.

rosetta

Les laboratoires français impliqués dans Rosetta-Philae :

  • CSNSM (CNRS/Université Paris-Sud)
  • GET (CNRS/IRD/Université Paul Sabatier – Toulouse III)
  • IAS (CNRS/Université Paris-Sud)
  • ICN (CNRS/Université Nice Sophia Antipolis)
  • IPAG (CNRS/Université Joseph Fourier)
  • IRAP (CNRS/Université Paul Sabatier – Toulouse III)
  • LAM (CNRS/AMU)
  • LAAS (CNRS)
  • LATMOS (CNRS/UPMC/UVSQ)
  • LERMA (Observatoire de Paris/CNRS/ENS/Université Cergy Pontoise/UPMC)
  • LESIA (Observatoire de Paris/CNRS/Université Paris Diderot/UPMC)
  • LISA (CNRS/Université Paris Diderot/UPEC)
  • LPC2E (CNRS/Université d’Orléans)
  • LPP (École Polytechnique/CNRS/Université Paris-Sud/UPMC)

Mercredi 12 novembre 2014 à la Cité de l’Espace de Toulouse, de 10h à 20h30, venez partager en direct un moment historique et inédit : l’atterrissage de Philae sur la comète Churyumov- Gerasimenko 

 

 Le 12 novembre, à partir du décor de l’exposition « Explorations Extrêmes », simulant la surface d’une comète et comprenant un modèle taille réelle et animé du robot Philae, le public va suivre en direct les informations fournies par satellite par l’Agence Spatiale Européenne (ESA) et le Centre National d’Etudes Spatiales (CNES). De nombreux invités, impliqués dans la mission Rosetta et Philae, vont partager leurs connaissances et leurs émotions et commenter le déroulé des opérations. Un envoyé spécial, présent au centre de contrôle de l’ESOC (European Space Operations Centre) de l’ESA à Darmstadt, va partager avec nous l’ambiance du centre et interroger les acteurs de la mission présents. Des visiotransmissions à Universcience, avec le Musée de l’Air et de l’Espace, et des centres de sciences étrangers sont également prévues, ainsi qu’avec le Musée de l’espace de  Houston.

Seront présents à la Cité de l’Espace : Henri Rème (IRAP, Professeur émérite de l’Université Toulouse III Paul Sabatier, impliqué sur l’expérience Rosina),  Lionel d’Uston (IRAP, membre de l’équipe instrumentale du spectromètre APXS à bord de PHILAE), Ghylaine Quitté (IRAP, spécialiste des comètes), Sylvestre Maurice (IRAP, planétologue).

Cet événement est organisé par le Cité de l’Espace avec l’Agence Spatiale Européenne (ESA) et le Centre National d’Etudes Spatiales (CNES) et le soutien de l’Université Toulouse III Paul Sabatier, le CNRS, l’OMP,  l’IRAP, AIrbus Defence and Space, Universcience, le Musée de l’Air et de l’Espace, ECSITE.

Auteur : CNRS-INSU

Date : 07/11/20142014/11/07

Plus d'actualités

Actualités

Néo-Narval, un nouvel instrument au sommet du Pic du Midi

Les exoplanètes ont le vent en poupe ! En témoigne le prix Nobel de physique 2019 attribué aux suisses Michel Mayor et Didier Queloz pour leur découverte de la première […]

13.10.2020

Actualités

Les astronomes agissent pour sensibiliser au changement climatique

Le journal Nature Astronomy a publié le jeudi 10 septembre 2020 une série d’articles écrits par des astronomes sur les relations entre la recherche en astronomie et la crise climatique. […]

07.10.2020

Actualités

Livraison du DPIX au CNES, les yeux de la caméra ECLAIRs

Le plan de détection DPIX a été livré au CNES par l’IRAP, après plusieurs années de développement qui ont vu se succéder les étapes de réalisations complexes et les tests, […]

24.09.2020

Rechercher