Première lumière pour PILOT

Première lumière pour PILOT

L’instrument d’astronomie qui sera embarqué sous un énorme ballon stratosphérique du CNES dans les années à venir vient d’être testé au Centre spatial de Toulouse. Les résultats sont remarquables.

Après plusieurs jours de réglages minutieux et de refroidissement (les détecteurs fonctionnant à 0.3 degré seulement au-dessus du zéro absolu, -273 °C environ), les ingénieurs ont allumé la lampe de calibration, placée dans un grand collimateur construit spécifiquement, pour simuler une source lumineuse à l’infini. L’image de la source, est apparue du 1er coup sur les écrans avec une qualité exceptionnelle le 10 octobre ! Un grand pas de franchi dans la préparation de l’expérience. Sur cette photo, réalisée le 25 septembre 2013 au Centre spatial de Toulouse, le collimateur est le grand tube violet qui se situe dans la partie supérieure gauche de l’image. En bas, à droite, on aperçoit le miroir incliné de l’instrument PILOT, en partie dissimulé derrière les structures d’assemblage.

Le projet PILOT est une expérience d’astronomie qui vise à étudier l’émission polarisée, dans l’infrarouge lointain et le submillimétrique, des grains de poussière présents dans la matière interstellaire de notre galaxie. Par l’analyse des propriétés d’alignement des grains avec le champ magnétique galactique, ces mesures permettront de cartographier la direction et l’intensité du champ magnétique à grande échelle, mais aussi de connaître les propriétés magnétiques des grains de poussière interstellaire et ainsi d’en déduire de nombreuses caractéristiques telles que leur taille, leur rotation etc. Ces grains jouent en effet un rôle primordial dans le cycle de la matière et notamment dans la formation des objets massifs. Ils sont les briques de base des noyaux solides des futures planètes et autres astéroïdes.

Les données de PILOT seront également précieuses pour aider à différencier l’émission dite d’avant-plan de notre Galaxie de celle du fond diffus cosmologique (CMB) dans les expériences de mesure de la polarisation du CMB. Dans les mois qui viennent, les équipes vont se consacrer à étalonner finement la réponse de l’instrument complet. En parallèle, la préparation des logiciels de traitement des données a débuté, avec notamment un atelier le 1er octobre dernier, qui a réunit des scientifiques et ingénieurs de plusieurs laboratoires français et européens.

PILOT embarquera dans la nacelle d’un ballon stratosphérique ouvert. Ceux du CNES décollent régulièrement depuis la base de lancement de Kiruna, en Suède et aussi, à Timmins, au Canada. L’instrument est fourni par l’IRAP avec une forte contribution de l’IAS et du CEA, et avec des contributions des Universités de Rome et de Cardiff.

Contact IRAP : Jean-Philippe Bernard

Source : Communiqué de Presse du CNES

Ressources complémentaires

http://pilot.irap.omp.eu/PAGE_PILOT/index.html

http://www.ias.u-psud.fr/website/modules/news2/article.php?storyid=109%27

Auteur : CNES

Date : 16/10/20132013/10/16

Plus d'actualités

Actualités

Néo-Narval, un nouvel instrument au sommet du Pic du Midi

Les exoplanètes ont le vent en poupe ! En témoigne le prix Nobel de physique 2019 attribué aux suisses Michel Mayor et Didier Queloz pour leur découverte de la première […]

13.10.2020

Actualités

Les astronomes agissent pour sensibiliser au changement climatique

Le journal Nature Astronomy a publié le jeudi 10 septembre 2020 une série d’articles écrits par des astronomes sur les relations entre la recherche en astronomie et la crise climatique. […]

07.10.2020

Actualités

Livraison du DPIX au CNES, les yeux de la caméra ECLAIRs

Le plan de détection DPIX a été livré au CNES par l’IRAP, après plusieurs années de développement qui ont vu se succéder les étapes de réalisations complexes et les tests, […]

24.09.2020

Rechercher