GOCE : Un sismomètre en orbite autour de la Terre

Propagation des ondes sismiques à la surface de la Terre sous l'orbite de GOCE (Modifié à partir ESA-AOES Medialab (2008))

La plupart des gens pensent que les sismomètres sont des instruments au sol, mais aujourd’hui les tremblements de terre peuvent également être détectés par satellites. Des chercheurs de l’Institut de Recherche en Astrophysique et Planétologie (IRAP-OMP, UPS, CNRS) en collaboration avec le CNES, l’IPGP et l’Université de Delft, l’ont démontré en utilisant les données de la mission GOCE (Gravity and Ocean Circulation Explorer) de l’Agence Spatiale Européenne (ESA).

Figure de droite : Propagation des ondes sismiques à la surface de la Terre sous l’orbite de GOCE (Modifié à partir ESA-AOES Medialab (2008))

Le satellite GOCE, qualifié de « premier sismomètre en orbite autour de la Terre », a été capable de détecter les ondes acoustiques à très basses fréquences générées dans l’atmosphère par le tremblement de Terre dévastateur de Tohoku au Japon (11 Mars 2011). En effet, les vibrations du sol au cours d’un tremblement de terre produisent des ondes acoustiques qui se propagent verticalement dans l’atmosphère. En utilisant les mesures très précises de l’accélération verticale du satellite GOCE, qui tourne autour de la Terre à environ 270 kilomètres d’altitude, et en déduisant les variations de la densité atmosphérique rencontrées par le satellite, les scientifiques ont pu effectuer la première mesure « in situ » des infrasons post-sismiques. Ces mesures ont été acquises à la fois lorsque le satellite croise le front d’onde au dessus du pacifique et lorsqu’il le double, une demi-heure plus tard, au-dessus de l’Europe. Les ondes sismiques atmosphériques ont pu être distinguées des ondes de gravité atmosphériques car le rapport entre l’accélération verticale du satellite et la perturbation de la densité de l’air est plus élevé pour ces ondes que pour les ondes de gravité habituellement générées par la dynamique de l’atmosphère.

Afin de confronter leur modèle aux données recueillies, les chercheurs ont également modélisé les ondes atmosphériques générées par le tremblement de terre de Tohoku. La comparaison de ces modélisations avec les temps de propagation, amplitude et forme des ondes observées par GOCE montre un bon accord. De plus, les différences de temps d’arrivé entre modèles et observations sont attribuées aux variations latérales des vitesses des ondes sismiques, à la fois dans la Terre solide et dans l’atmosphère.

Les auteurs estiment que cette nouvelle observable satellitaire présente un fort potentiel pour l’étude des ondes atmosphériques générées par l’activité tectonique, et des synergies avec l’étude de la dynamique de la haute atmosphère.

: Geophysical Research Letters, doi: 10.1002/grl.50205, 2013

: Raphael Garcia, IRAP-OMP, mail: rgarcia@irap.omp.eu

Animation vidéo :

http://www.esa.int/Our_Activities/Observing_the_Earth/The_Living_Planet_Programme/Earth_Explorers/GOCE/GOCE_the_first_seismometer_in_orbit

CP paru dans la revue Nature : http://www.nature.com/news/earthquake-detected-from-space-1.12545

CP paru dans la revue ArsTechnica : http://arstechnica.com/science/2013/02/earthquakes-booms-big-enough-to-be-detected-from-orbit/

Auteur : Raphael Garcia

Date : 05/03/20132013/03/05

Plus d'actualités

Actualités

Les 21 ans de XMM-Newton célébrés avec un nouveau catalogue et un ambitieux projet de science participative

À l’occasion du 21e anniversaire du lancement de XMM-Newton, l’observatoire à rayons X de l’Agence Spatiale Européenne, le XMM-Newton Survey Science Centre (XMM-SSC) publie un nouveau catalogue, 4XMM-DR10, incluant 849 […]

10.12.2020

Actualités

Deux chercheurs de l’IRAP lauréats de prix décernés par l’Académie des Sciences

Christine Joblin et Sylvestre Maurice, respectivement Directrice de Recherche CNRS et Astronome à l’Université Toulouse 3 – Paul Sabatier, voient l’excellence de leurs travaux de recherche récompensée par l’attribution, ce […]

24.11.2020

Actualités

Le consortium PEP livre les modèles de vol des quatre premiers détecteurs de particules de la sonde JUICE à destination de Jupiter

Après 8 ans de développement, le consortium PEP dont fait partie l’IRAP (CNRS, Université Paul Sabatier de Toulouse et CNES) (1) vient de livrer à Airbus les modèles de vol […]

23.11.2020

Rechercher