Lumière polarisée d’une structure de l’Univers lointain

Lumière polarisée d'une structure de l'Univers lointain

Des observations réalisées avec le très grand télescope (VLT) de l’ESO ont permis de faire la lumière sur la source d’énergie d’un vaste nuage de gaz brillant très rare, datant des premiers instants de l’Univers. Les observations montrent pour la première fois que ce «nuage Lyman-alpha» géant – un des plus grands objets isolés connus – doit être alimenté en énergie par des galaxies enfouies en son sein. Ces résultats seront présentés dans la revue Nature du 18 août.

 

Une équipe d’astronomes a utilisé le très grand télescope (VLT) de l’ESO pour étudier un objet peu commun appelé nuage Lyman-alpha [1]. Ces structures énormes et très lumineuses sont rares. Elles sont habituellement observées dans les régions de l’Univers jeune où la matière est concentrée. Cette équipe a découvert que la lumière provenant de l’une de ces structures est polarisée [2]. Dans la vie quotidienne, par exemple, la lumière polarisée est utilisée pour créer des effets 3D au cinéma [3]. C’est la première fois qu’une polarisation a été trouvée dans un nuage Lyman-alpha et cette observation permet de dévoiler le mystère sur ce qui fait briller ces nuages.

 « Nous avons montré pour la première fois que le rayonnement de cet objet énigmatique provient de la lumière diffusée par les galaxies lumineuses qui y sont cachées plutôt que de la luminosité propre du gaz répandu dans tout le nuage, » explique Matthew Hayes (Université de Toulouse, France), premier auteur de l’article scientifique.

Les nuages Lyman-alpha sont parmi les plus gros objets de l’Univers : de gigantesques nuages d’hydrogène qui peuvent atteindre quelques centaines de milliers d’années-lumière de diamètre (plusieurs fois la taille de la Voie Lactée) et sont aussi brillants que les galaxies les plus lumineuses. Ils sont habituellement observés à de très grandes distances astronomiques, ce qui signifie que nous les voyons tels qu’ils étaient quand l’Univers n’avait que quelques milliards d’années d’existence. Ils sont de ce fait importants pour notre compréhension de la formation et de l’évolution des galaxies quand l’Univers était plus jeune. Toutefois, la source énergétique de leur très grande luminosité et la nature précise de ces nuages n’étaient pas très claires.

L’équipe a étudié une des premières et des plus grosses de ces structures à avoir été observées. Connue sous le nom de LAB-1, elle a été découverte en 2000 et elle est si éloignée qu’il a fallu 11,5 milliards d’années à sa lumière pour nous atteindre. Avec un diamètre d’environ 300 000 années-lumière, c’est aussi l’une des plus grandes connues et elle héberge plusieurs galaxies primordiales dont une galaxie active [4].

Il existe plusieurs théories concurrentes pour expliquer les nuages Lyman-alpha. Une idée est qu’ils brillent quand le gaz se contracte du fait de la très forte attraction gravitationnelle du nuage et qu’il se réchauffe. Une autre idée est qu’ils brillent, car ils hébergent des objets lumineux : des galaxies en pleine formation intense d’étoiles ou contenant des trous noirs voraces engloutissant de la matière. Les récentes observations montrent que ce sont des galaxies enfouies et pas l’attraction du gaz qui alimentent LAB-1.

L’équipe a testé les deux théories en mesurant si la lumière du nuage était polarisée ou non. En étudiant la manière dont la lumière est polarisée, les astronomes peuvent découvrir des informations sur les processus physiques qui produisent cette lumière ou ce qui lui est arrivé entre sa source et son arrivée sur Terre. Si elle a été réfléchie ou diffusée, elle devient polarisée et ce subtil effet peut être détecté avec un instrument très sensible. Du fait de leur très grande distance, mesurer la polarisation de la lumière d’un nuage Lyman-alpha est toutefois un véritable défi.

 « Ces observations n’auraient pas pu être réalisées sans le VLT et son instrument FORS. Nous avions clairement besoin de deux choses : un télescope avec un miroir d’au moins huit mètres pour collecter suffisamment de lumière et une caméra capable de mesurer la polarisation de la lumière. Il n’y a pas beaucoup d’observatoires au monde offrant cette combinaison, » ajoute Claudia Scarlata, coauteur de l’article scientifique.

En observant leur cible pendant environ 15 heures avec le VLT, l’équipe a trouvé que la lumière du nuage Lyman-alpha LAB-1 était polarisée dans un anneau autour de la région centrale et qu’il n’y avait pas de polarisation au centre. Cet effet est pratiquement impossible à produire si la lumière vient seulement du gaz tombant vers l’intérieur du nuage sous l’effet de la gravité, mais c’est exactement ce qui est attendu si la lumière provient des galaxies enfouies dans la région centrale avant d’être diffusée par le gaz.

Les astronomes projettent maintenant d’observer davantage de ces objets afin de voir si le résultat obtenu pour LAB-1 est valable pour les autres nuages.

http://www.eso.org/public/news/eso1130/
http://www.nature.com/nature/journal/v476/n7360/full/nature10320.html
http://www.nature.com/nature/journal/v476/n7360/full/476288a.html

Charlotte Vastel (pour Matthew HAYES)

Date : 18/08/20112011/08/18

Plus d'actualités

Actualités

Deux chercheurs de l’IRAP lauréats de prix décernés par l’Académie des Sciences

Christine Joblin et Sylvestre Maurice, respectivement Directrice de Recherche CNRS et Astronome à l’Université Toulouse 3 – Paul Sabatier, voient l’excellence de leurs travaux de recherche récompensée par l’attribution, ce […]

24.11.2020

Actualités

Le consortium PEP livre les modèles de vol des quatre premiers détecteurs de particules de la sonde JUICE à destination de Jupiter

Après 8 ans de développement, le consortium PEP dont fait partie l’IRAP (CNRS, Université Paul Sabatier de Toulouse et CNES) (1) vient de livrer à Airbus les modèles de vol […]

23.11.2020

Actualités

Machine learning : une percée pour l’étude des pouponnières d’étoiles

L’intelligence artificielle peut rendre visible des phénomènes astrophysiques jusqu’ici inaccessibles. C’est ce qu’ont prouvé des scientifiques du CNRS dont l’IRAP, de l’IRAM, de l’Observatoire de Paris-PSL, et des écoles Centrale […]

19.11.2020

Rechercher