IRAP > Séminaires > Calendrier des séminaires > L'ionosphère du côté nuit de Mars dévoilée par les déplétions d'électrons suprathermiques

L'ionosphère du côté nuit de Mars dévoilée par les déplétions d'électrons suprathermiques

Séminaire le 26 sept 2017 à 10h00

Intervenant : Morgane Steckiewicz

Doctorante à l'IRAP

Salle de conférence Salle de conférence
vignette_vierge_these

Résumé de la thèse : 

L’ionosphère du côté nuit de Mars reste encore à ce jour une zone mystérieuse et peu connue de l’environnement Martien. Les déplétions d’électrons suprathermiques sont des structures spécifiques à cette région, observées jusqu’à présent par trois satellites : Mars Global Surveyor (MGS), Mars EXpress (MEX) et Mars Atmosphere and Volatile EvolutioN (MAVEN). Leur étude permet aussi bien l’observation de la structure et de la dynamique de l’ionosphère du côté nuit que celle de l’atmosphère neutre, de la topologie magnétique martienne, ainsi que l’étude de l’échappement atmosphérique de Mars. Des structures aussi différentes que les cornets magnétiques, les couches de courants ou encore le terminateur ultra-violet peuvent être examinées à travers les déplétions d’électrons suprathermiques, de par les mécanismes à l’origine de leur présence du côté nuit de Mars.

Le but principal de ma thèse a été de tirer parties des trois jeux de données offerts par les satellites MGS, MEX et MAVEN pour mieux comprendre les mécanismes à l’origine des déplétions d’électrons suprathermiques observées du côté nuit ainsi que leur impact sur la structure et la dynamique de l’ionosphère du côté nuit. Dans cette optique, trois critères simples adaptés à chaque mission ont été développés pour identifier les déplétions d’électrons suprathermiques dans une base de données allant de 1999 à 2017.

Une étude statistique a révélé la présence d’une région de transition autour de 170 km d’altitude séparant la région collisionnelle dans laquelle les déplétions d’électrons suprathermiques sont directement dues à l’absorption des électrons par le CO_2 atmosphérique, et la région non-collisionnelle dans laquelle elles sont principalement dues aux boucles fermées de champs magnétique d’origine crustale. La compréhension de ces mécanismes m’a permis d’estimer la localisation du terminateur ultra-violet. Celui-ci est situé en moyenne ~120 km au-dessus du terminateur optique. Cette altitude varie entre le côté soir et le côté matin, et une variation saisonnière est prédite par les modèles atmosphériques.

Composition du jury de thèse :

  • Viviane Pierrard (IASB, Bruxelles): Rapporteur
  • Dominique Delcourt (LPP, Paris): Rapporteur
  • François Leblanc (LATMOS, Paris): Examinateur
  • Dominique Fontaine (LPP, Paris): Examinateur
  • Sébastien Bourdarie (ONERA, Toulouse): Examinateur
  • Dave Mitchell (SSL, Berkeley): Invité
  • Christian Mazelle (IRAP, Toulouse): Directeur de thèse
  • Nicolas André (IRAP, Toulouse): Co-directeur de thèse
  • Philippe Garnier (IRAP, Toulouse): Co-directeur de thèse
Afficher le pied de page