Observations

SuperDARN

SuperDARN est un consortium scientifique international de radars cohérents Haute Fréquence (HF). Ces radars couvrent une grande partie des zones aurorales et polaires des deux hémisphères et mesurent la vitesse du plasma ionosphérique le long de leur ligne de visée. Depuis quelques années, le réseau s’étend également à moyennes latitudes afin de mieux y suivre l’activité ionosphérique lors des orages magnétiques produits par des tempêtes solaires. Les radars apportent également des mesures complémentaires indispensables aux expériences in situ à bord des sondes spatiales et aux modèles numériques, permettant une meilleure compréhension du système global vent solaire-magnétosphère-ionosphère et de son évolution temporelle. Le réseau est aujourd’hui composé de 33 radars opérés par plus de 10 pays. La France est membre du consortium SuperDARN depuis 1994. Elle gère le radar de Port-aux-Français, situé aux Iles Kerguelen.

Groupe thématique : GPPS

  • Responsable scientifique : A. Marchaudon
  • Responsable technique : L. Noguès

Le radar de Kerguelen

Le radar de Kerguelen a été construit durant l’été austral 1999-2000 par une équipe franco-italienne du LPC2E/CNRS et de l’IFSI/CNR, appuyée par une forte aide logistique de l’Institut Paul Emile Victor (IPEV). Ce radar est en cours d’opération depuis le 1er Janvier 2000 sous la responsabilité du LPC2E (2000-2012), puis de l'IRAP (depuis 2013). Il appartient à la chaîne aurorale de l’hémisphère Sud. Ce radar possède un champ de vue commun avec le radar japonais de Syowa South, permettant de reconstruire des vecteurs vitesses à partir des vitesses radiales de chacun des deux radars dans leur volume de sondage commun. Le radar de Kerguelen est aussi conjugué magnétiquement avec le radar anglais d’Hankasalmi : les deux radars sondent des zones de l’ionosphère Sud et Nord reliées par les mêmes lignes de champ magnétique, ce qui permet d’étudier les sources d’asymétrie entre hémisphères.

20140101-Ker-Aurora-30-C

Implication technique de l'IRAP :

  • Des maintenances régulières sont effectuées sur le radar par l’équipe technique SuperDARN (étés austraux : 2006-2007, 2009-2010 et 2013-2014).
  • Un Volontaire du Service Civil (VSC) employé par l'IPEV a en charge le suivi sur place des opérations du radar et assure l’envoi des données jusqu’en France.
  • L'IRAP a la charge des maintenances techniques du radar depuis 2013 et assure la correspondance technique avec le VSC de l'IPEV.

Ressources complémentaires :

Afficher le pied de page