IRAP > Observations > Plateformes pour l'Instrumentation > Plateforme d'Instrumentation Spatiale / SISpace (site Roche)

Observations

Plateforme d'Instrumentation Spatiale / SISpace (site Roche)

Les installations actuelles comportent sur le site Roche:
- un hall propre de 200m2 (classe 100000) pour l'intégration et les tests des instruments encombrants.
- deux bancs d'étalonnage en salles propres de classe 10000 pour  les spectromètres à particules des expériences "plasmas".
- des plateaux techniques équipés pour le développement des électroniques embarquées.
- une salle propre de 100m2 (classe 100000) pour l'intégration et les tests des petits instruments.
- un ensemble d'équipement lourds, enceintes thermiques, cuve à vide, etc. pour tester les équipements.
En mai 2013, le nouveau bâtiment technique jouxtant les locaux actuels de l’IRAP a été livré.

nouvelle_plateforme
nouvelle_plateforme2

Ce nouvel investissement accompagne le fort développement des activités spatiales et sol de l’IRAP. La croissance de ces activités implique en effet le développement et la mise au point de nouveaux senseurs et leur étalonnage au vide sous irradiation de flux de particules chargées et/ou de photons. La miniaturisation de plus en plus poussée des composants électroniques ainsi que la nécessité de fabriquer des capteurs exempts de défauts oblige à l’utilisation de salles « blanches ». Les missions spatiales nouvelles intègrent un nombre de détecteurs considérable, jusqu’à 10000 détecteurs pour la nouvelle expérience d’astrophysique franco-chinoise ECLAIRs, qui demandent des moyens de test fiables et automatiques dans le noir absolu et dans des plages de températures extrêmes, ce qui nécessite la construction de locaux aux caractéristiques adaptées. Les nouvelles installations visent des dispositifs techniques permettant de faire face aux nouvelles exigences de qualité des agences spatiales et instituts: banc de calibration pour la spectrométrie du plasma, les détecteurs X,  gamma et UV...

La nouvelle plateforme dispose de 368 m² pour l’implantation des nouveaux dispositifs de calibration et d’essais de l’instrumentation spatiale et sol de l’IRAP.

plan_archi.pdf 904,29 kB

Les contraintes suivantes ont été prises en compte :

  • Les calibrations au vide des détecteurs de particules chargées, les sources UV nécessaires à l’étude des photocathodes, les imageurs à atomes neutres … exigent la mise en œuvre de vides atteignant 10-6 mbar, obtenus avec des moyens de pompage encombrants et onéreux, ainsi que de bacs de calibration encombrants.  Le besoin d’évacuer la chaleur produite et celui de manipulations complexes autour de ces dispositifs, rendent nécessaire l’utilisation de salles assez vastes, climatisées et propres.
  • les spectromètres comprenant des milliers de détecteurs pour l’astrophysique utilisant les rayons X et gamma exigent des salles d’expérimentations propres, aveugles et climatisées, disposant de distances décamétriques pour focaliser des rayons X.
  • l’accueil d’équipes projets internationales nombreuses disposant, pendant la durée des phases critiques du développement des projets instrumentaux (quelques mois souvent plusieurs fois, répartis sur environ 3-4 ans) de locaux de travail adaptés et de bureaux disposant d’accès informatiques à haut débit, d’alimentation électrique sécurisée, etc…
  • les salles spécifiques ventilées dédiées à la chimie nécessaire à la fabrication des enrobages des détecteurs embarqués en satellites.

Ce nouveau bâtiment est disponible depuis mi 2013 et se rajouter aux moyens actuels de l’IRAP.

Afficher le pied de page